Un petit roman!!

Publié le 18 Mars 2006

hier
Agota Kristof est née en 1935 à Csikvand en Hongrie.
Depuis 1956, elle vit en Suisse Romande et s’est créée un nom dans la littérature avec son premier roman Le grand cahier (1987).

Dans un village d’Europe Centrale, Tobias Horvath, fils illégitime d’un instituteur et d’une Tzigane-mendiante-prostituée, les poignarde dans leur sommeil et s’enfuit dans le pays voisin. Il change alors d’identité et se fait appeler Sandor Lester.
On le retrouve ouvrier dans une horlogerie, dans une vie quelque peu banale, une petite histoire dénuée de grand sentiments avec Yolande et un rythme de vie pesant de lassitude.
Il ne rêve que de devenir écrivain et de retrouver la femme idéale qui n’est autre que Line sa camarade de classe, dont il nourrit le souvenir.
Jusqu’au jour où il la retrouve dans la même fabrique que lui. Naît alors une histoire d’amour sans réel espoir d’avenir : Line est mariée à un Physicien et vient d’avoir un enfant.

 

Agota kristof nous raconte là l’histoire d’un amour impossible. Le style est simple, le personnage principal nous est très proche, sans doute cela est dû à une écriture soucieuse de nous dévoiler les moindres émotions du personnage. De plus le contexte est propice à la dénonciation d’une société difficile et précaire pour les immigrés. Et Agota Kristof ne s’en prive pas !!!

Rédigé par elfique

Publié dans #litterature

Repost 0
Commenter cet article

Jo Ann 20/09/2006 09:54

il y a une trilogie d'agota Kristof très sympa qui existe aussi, je crois que le premier volet s'appelle "le grand cahier". Bon, ce n'est pas très très gai, mais intéressant. claude

Emjy 20/03/2006 20:10

Je ne connaissais absolument pas ce roman mais ton compte rendu m'a donné envie de le lire! C'est tout à fait le genre d'histoire qui est susceptible de me plaire. J'espère qu'il est disponible dans ma bibliothèque!ps: Au fait, merci pour le commentaire que tu m'as laissé dans mon Blog :-)

Cuné 19/03/2006 08:12

Oui, moi aussi lu et apprécié. Mais elle file quand même bien le bourdon, aussi, Agota, hein ;o)